naar top
Menu
Logo Print
02/07/2019 - JAN DE NAEYER

Degré de difficulté élevé dû au motif complexe et au timing serré

Dija gagne un Trophée Décoration pour le sol du Radisson Blu Hotel à Anvers

Dija
"Nous avons justement introduit ce dossier pour un prix en raison du degré de difficulté et de la forme du motif à poser"

Poser un revêtement LVT très complexe de 500 m² avec une diversité de matériaux sur un sol devant encore être égalisé dans un délai à première vue impossible. Telle était la mission confiée à Dija de Maaseik fin 2017. La salle de petit-déjeuner du Radisson Blu Hotel à Anvers devait faire peau neuve, mais l’hôtel ne voulait bien sûr pas s’en passer trop longtemps. En quelques semaines, les Limbourgeois sont parvenus à mener ce travail de titan à bien. Cela leur a non seulement valu un client satisfait, mais aussi un Trophée Décoration. C’est pourquoi nous nous sommes entretenus avec le gagnant Peter Jame, gérant de Dija.

Vous avez aussi réalisé un projet spécial? Inscrivez-vous pour les Trophées Décoration 2019!

Design londonien

Le Trophée Décoration 2018 dans la catégorie ‘Revêtement de sol’ a été décerné à Dija pour le revêtement de sol de la salle de petit-déjeuner du Radisson Blu Hotel à Anvers. Ce sol a été doté d’un revêtement LVT (Luxury Vinyl Tiles).

“Le but initial était de poser du parquet partout, mais cela s’est avéré impossible d’un point de vue budgétaire”, déclare Peter Jame, gérant de Dija. “Les architectes se sont alors vite tournés vers un sol LVT. Alex Kravetz Design de Londres et FCM Architects de Bruxelles étaient responsables de ce travail, que nous avons exécuté pour Novo, l’entrepreneur principal.

Dija intervenait en tant que sous-traitant. Le design dans la salle des fêtes ovale a été défini par l’équipe de conception Moduleo en concertation avec le designer londonien. Début décembre 2017, nous nous sommes mis à l’œuvre. Au total, nous avons compta­bilisé env. 400 heures de main-d’œuvre, avec livraison finale le 2 janvier 2018.”

Peter Jame
Peter Jame: “En mesurant tout avec precision, nous savions exactement ou nous tomberions avec chaque dalle”

Entièrement collé

Les sols en vinyle sont la dernière génération de revêtements de sol, également connus sous le nom Luxury Vinyl Tiles ou LVT. Ce type de sol est aussi durable que le célèbre stratifié. Il est par contre plus fin, complètement imperméable et réduit un peu plus le bruit. Le revêtement de sol LVT est en PVC avec une couche su­périeure dure et tenace en PU. L’épaisseur varie, mais l’épaisseur standard est de 2,5 mm. En termes de motifs, l’offre semble infinie: de motifs ‘bois’ vivants à des motifs ‘pierre’. Dotés d’un système à cliquer, ces sols per­mettent une pose flottante rapide. “Pour ce projet spécifique, nous avons utilisé la version dryback. Elle est entièrement collée. Il faut bien sûr un support parfaitement uniforme, mais cela vaut aussi pour les autres revêtements de sol.”

Concentration extrême

Le sol du Radisson Blu n’est pas un simple sol. Sinon, il n’aurait jamais valu à Dija un Trophée Décoration. Les photos montrent clairement qu’il ne s’agissait pas d’un travail évident ou ordinaire. “Le maître d’ouvrage nous a remis un dessin illustrant à quoi le sol devait finalement ressembler et nous a demandé si nous pouvions le réaliser selon le plan.

Nous avons justement introduit ce dossier pour un prix en raison du degré de difficulté et de la forme du motif à poser. Nous avons tout d’abord commencé par égaliser complètement le sol très irrégulier. Puis, nous avons mesuré toutes les surfaces avec précision. Nous savions ainsi exactement où nous tomberions avec chaque dalle.

Mais même avec un plan très concret et détaillé, nos collaborateurs ont dû s’accrocher. Ils devaient rester très concentrés sur le travail du matin au soir. Pour être honnête, je dois admettre que cela n’a pas toujours marché. Tout à la fin, nous avons dû retirer et poser à nouveau une petite section d’un mètre carré, parce qu’une mauvaise dalle s’y était glissée. Mais sur une superficie de 500 mètres carrés, je trouve que cela est très acceptable. Le client s’attendait, en effet, à raison à un degré de finition élevé et le plan devait être suivi minutieusement. Et nous y sommes parvenus. Nous avons réussi à boucler le projet en respectant le budget et le timing, à la grande satisfaction du client final.”

Peter JameTravail

Travail de découpe et d’ajustement

En regardant les photos de cet article, on voit directement que Peter Jame n’exagère pas quand il parle du degré de difficulté du plan de pose.

“Dans le bar, nous avons commencé avec l’hexagone qui s’étend de plus en plus sur toute la surface. Nous avons tracé toutes les lignes, avec le travail de découpe et d’ajustement que cela impliquait. S’arranger pour que tout tombe bien, était loin d’être évident. D’autant plus que nous devions tenir compte de quelques grosses colonnes dans la pièce. La partie ‘restaurant’ a, elle, été dotée de centaines de losanges. On dirait que nous avons posé plein de logos de Mitsubishi. Dans la partie ‘buffet’, on a opté pour un look ‘bois’ classique.

Le choix s’est porté sur un motif Custom Made XL Diamond et le designer a fait son choix parmi la collection complète Transform et Impress de Moduleo Moods.”

Timing
Dans la partie ‘buffet’, on a opté pour un look ‘bois’ classique

Timing serré

Outre le motif complexe, le timing constituait le point le plus délicat auquel Peter Jame était confronté.
“Nous avons débuté les travaux le 4 dé­cembre 2017 et le client avait expressément exigé de pouvoir ouvrir début 2018. Nous avons donc sorti le grand jeu avec Dija. Nous avons travaillé le week-end et pendant la période de Noël pour avoir tout bouclé à temps. Et cela a payé. Nous avons livré l’ensemble le 2 janvier 2018, à la satisfaction générale. Même le fait que nous ayons dû égaliser assez fort le sol trop brut, n’a pas généré de retard, pour la simple raison que ce travail spécifique était prévu dans le planning.”

Matériaux utilisés

A Anvers, le client a opté pour Moduleo Moods du Groupe IVC, une ligne créative permettant de combiner dix formats uniques avec une sélection de textures ‘pierre’ et ‘bois’ des assortiments Select, Transform et Impress. En combinant formats et créations, il est possible de poser au total avec Moduleo Moods quelque 110 designs de sol, de classique élégant à super dynamique.

Les produits Select sont destinés à un usage résidentiel, tandis qu’avec leur couche supérieure résistant à l’usure, les produits Transform conviennent pour un usage résidentiel comme commercial.

L’assortiment Select a une garantie de 15 ans et l’assortiment Transform une garantie de 20 ans. Impress est la dernière collection, prévue pour un usage résidentiel comme commercial. Cette série est caractérisée par son impression en relief.

Les rainures et les nœuds se voient et se sentent, comme dans le cas de véritable bois. Outre les 500 m² de Moduleo Moods, Dija a aussi utilisé à Anvers 2.200 kg d’égalisation Unipro NC 195.

Sous-traitants

Dija compte cinq employés et complète ce groupe avec quatre personnes actives comme sous-traitants fixes.

“Il s’agit là d’un choix délibéré”, déclare Peter Jame. “Deux raisons nous incitent à travailler aussi avec des sous-traitants. Il est tout d’abord loin d’être évident aujourd’hui de trouver le bon personnel. La mentalité des jeunes sortant de l’école n’est pas toujours optimale. Le travail avec des sous-traitants est également bien entendu nettement plus flexible. La charge administrative est plus légère et vous pouvez mieux planifier votre travail.” 

Dija en bref

L’entreprise Dija de Neeroeteren, près de Maaseik, est spécialisée dans le revêtement de sol, du PVC, du linoléum, du caoutchouc aux wetroom floors, en passant par la moquette, le vinyle et le stratifié. “Nous travaillons rarement directement pour des particuliers”, déclare Peter Jame. “La majorité de nos clients sont des entrepreneurs réalisant des projets spécifiques. Dija est une entreprise familiale créée en 1969 par mon grand-père. Par la suite, elle a été reprise par mon père et la troisième génération a suivi. Pour moi personnellement, cela n’a pas été évident, car je suis en fait soudeur de formation. Ce monde ne m’était tout de même pas inconnu, car j’allais toujours poser des sols avec mon père comme job d’étudiant. Au total, Dija compte cinq employés propres. Un groupe encore renforcé avec quatre sous-traitants fixes.”