naar top
Menu
Logo Print
20/12/2018 - ELISE NOYEZ

MINIMALISTE JUSQUE DANS L’ARMOIRE

DES CHARNIERES INVISIBLES POUR FRONTAUX

La tendance minimaliste reste toujours aussi populaire au fil des ans. Mieux encore, elle domine carrément le mobilier intérieur comme extérieur aujourd’hui. La choix de dissimuler au maximum les garnitures est souvent incontournable, et est synonyme de défis de taille pour la charnière porte-meuble traditionnelle. Les garnitures invisibles peuvent donc offrir une solution, même s’il ne faut pas pour autant en attendre des miracles. Même les charnières invisibles ont en effet leurs limites.

CHARNIERES INVISIBLES?

scharnierLa charnière porte-meuble classique ne cadre pas avec les tendances minimalistes actuelles, ce n’est un secret pour personne. Dès que l’armoire est ouverte, la charnière imposante et souvent brillante saute directement aux yeux. Une épine dans le pied de celui ou celle qui attend justement de pouvoir faire disparaître ces éléments perturbateurs de son intérieur.

Afin de limiter l’impact visuel de la charnière, plusieurs options s’offrent à vous. La plus simple est d’opter pour des charnières colorées et pour des caches. Ils ne changent rien à la forme ou aux finitions de la charnière mais permettent de la rendre plus discrète.

Si cela ne suffit pas, et que le client demande en plus d’une finition épurée un gain de place à hauteur des charnières, les charnières invisibles sont alors la solution. Elles sont beaucoup plus discrètes que les charnières porte-meuble classiques et sont presque entièrement dissimulées dans le panneau du meuble.

L’assortiment de charnières invisibles comprend essentiellement deux modèles, chacun ayant ses avantages et ses inconvénients. La première est une charnière classique montée dans le panneau latéral de l’armoire; l’autre est intégrée dans le panneau du haut ou du bas.

CHARNIERE DANS LE PANNEAU LATERAL

La version la plus classique de la charnière invisible est une charnière relativement petite et entièrement symétrique intégrée dans le panneau latéral de l’armoire. En fonction de la finition souhaitée de l’armoire – charnière droite ou couchée – on intègre la charnière dans le petit ou le grand côté du panneau.

Ce type de charnière est disponible en plusieurs tailles et matériaux, de l’acier à l’aluminium zingué, en passant par des combinaisons de laiton et de plastique, de couleur noire ou non. Les modèles les plus récents sont réglables dans les trois dimensions.

Applications

Certains modèles peuvent être intégrés dans des panneaux dès 14 mm d’épaisseur, même si dans la plupart des cas, il faudra une épaisseur minimum de 18 mm. Les dimensions maxi­males dépendent aussi de chaque modèle spécifique de garniture. Les charnières les plus récentes conviennent dans tous les cas pour un format maximum de 600 x 2.000 mm et pour un poids maximum de 20 kg (pour un système à quatre charnières). L’angle d’ouverture est toujours de 180° et la garniture est compatible avec les applications push-to-open.

Montage et encastrement

beslag
Les charnières invisibles à monter dans le panneau latéral sont relativement simple à placer. Grâce à un cache spécial, elles se fondent encore plus
dans la structure de l’armoire

Pour encastrer ces charnières invisibles, il ne faut en principe aucun outil spécifique. Les trous prévus pour les charnières, sur le petit ou le grand côté du panneau, peuvent être réalisés à l’aide d’une fraiseuse classique pour ensuite fixer les charnières à l’aide de vis. En fonction du poids et de la taille des portes de l’armoire, on peut utiliser deux, trois ou quatre charnières. La distance minimale entre deux charnières doit toujours être de 500 mm ou plus. Les charnières réglables en 3D peuvent, en fonction du sens et du montage, être ajustées jusqu’à ± 1 ou ± 1,5 mm.

Défis et limites

Bien qu’une garniture intégrée offre une solution élégante, quasi invisible et relativement simple, ce n’est pas forcément la réponse à toute situation. Ce système connaît en effet ses limites.

  • Portance: avec une portance de 5 kg/charnière et un maximum de quatre charnières par porte, cette garniture ne convient que pour des portes relativement légères.
  • Débordement: bien que l’angle d’ouverture maximal de ces charnières soit de 180°, leur flexibilité reste limitée. L’ouverture de la porte nécessite de la place, ce qui com­plique l’installation de plusieurs portes d’armoire les unes à côté des autres. Deux portes pivotantes peuvent être placées l’une à côté de l’autre, mais dès que l’on veut en installer plus, il faut prévoir un joint plus ou moins grand entre les différents panneaux
    de porte. Sur le plan visuel, ce n’est pas la meilleure solution, et cela représente un inconvénient important de cette garniture.
  • Amorti: ce type de charnières ne permet pas d’intégrer la fermeture amortie. Cette fonction ne peut être installée qu’en ajoutant séparément des amortisseurs sur le panneau supérieur ou latéral de l’armoire.

CHARNIERE DANS LE PANNEAU SUPERIEUR

kast
Les charnières invisibles spéciales sont encastrées dans le panneau du haut ou du bas. Elles conviennent pour les portes d’armoire en bois comme pour les portes au cadre renforcé

Outre la charnière intégrée classique, on peut aujourd’hui opter pour une alternative qui s’intègre dans le panneau supérieur ou inférieur, ou lieu du panneau latéral. La charnière spéciale se compose d’un boîtier en zinc-aluminium et d’un bras pivotant en acier et est disponible en plusieurs couleurs, en général des couleurs foncées. Cette charnière peut aussi être ajustée en trois dimensions.

Applications

La garniture convient pour les portes en bois à partir de 18 mm, ainsi que pour les portes d’armoire à cadre solide en aluminium, à condition que le poids total de la porte n’excède pas 20 kg. Les dimensions maximales sont de 600 x 2100 mm. Cette garniture est disponible en deux versions: une version avec fermeture auto­matique et amorti d’une part, et un modèle push-to-open d’autre part. L’angle d’ouverture est en général de 105°.

Montage et encastrement

kast
Le boîtier relativement grand
de ces charnières spéciales nécessite une grande précision lors du fraisage

Cette charnière nécessite un montage propre et souvent complexe. Pour fixer le boîtier, d’une profondeur d’environ 40 mm, dans le panneau supérieur ou inférieur, il faut au préalable réaliser un fraisage complexe et extrêmement précis. Il faut utiliser des gabarits spécialement prévus pour cela et, de préférence, une machine CNC. Dès que la découpe a été effectuée, le boîtier peut être glissé dans le panneau et vissé. Une découpe plus petite doit être réalisée dans le panneau de porte, cette fois d’une profondeur d’environ 15 mm et à nouveau selon un gabarit à suivre, dans laquelle on vient fixer l’autre partie de la charnière.

Vu la profondeur des découpes, il est vraiment primordial qu’elles soient justes et parfaitement droites. Si non, vous risquez de voir le boîtier abîmer le panneau à cause du poids de la porte. Après le montage, si nécessaire, vous pouvez ajuster la charnière dans trois directions. Latéralement de + 2 ou – 2, en profondeur de + 2 à – 0,5, et en hauteur de + 1,5 à – 1,5.

Défis et limites

scharnier

Contrairement aux charnières invisibles classiques, qui permettent une ouverture à 180°, l’ouverture est ici limitée à 105°. Par contre, on observe le même débordement qu’avec une charnière classique porte-meuble, ce qui permet d’installer plusieurs portes à la suite avec un écartement minimum. Pour les armoires longues, c’est la solution par excellence, même si ces charnières représentent des défis de taille et connaissent plusieurs limites.

  • Portance: comme les charnières sont toujours placées dans le panneau du haut ou du bas de l’armoire, ce n’est pas possible d’augmenter la portance en ajoutant des charnières. 20 kg est donc le maximum absolu.
  • Panneau: avec une profondeur d’environ 40 mm, la découpe pour le boîtier de la charnière n’a rien d’une sinécure. Le choix du type de panneau joue également un rôle important. Il doit être assez résistant pour encaisser l’impact de la charnière, mais pas trop dur non plus pour ne pas compliquer la découpe. Le multiplex et les panneaux de bois encollés offrent une bonne solution; le HPL par exemple ne conviendra pas.
  • Montage: pour la plupart des fabricants de meubles, encastrer et monter la garniture est en soi le plus compliqué, sur le plan pratique comme financier. Les principes classiques de montage de meubles ne s’appliquent pas ici, et en plus les outils classiques ne suffisent pas. Il faut disposer de gabarits adaptés et fraiser de préférence à l’aide d’une machine CNC. De plus, puisqu’il s’agit d’une réalisation complexe, il vaut mieux que ce soit produit en série. Pour le petit artisan donc, qui ne dispose pas de l’infrastructure standard, la préparation et le montage de ces charnières représentent un certain coût. S’il ne reçoit des commandes de charnières invisibles que de manière sporadique, il aura raison de se demander si un tel investissement en vaut vraiment la peine. Si les commandes sont plus régulières, ou si une expansion est envisagée, alors ce sera l’occasion à saisir.

LA CHARNIERE NE FAIT PAS TOUT

Le choix d’un type ou d’un autre de garniture dépend en général du modèle voulu, même s’il ne faut pas oublier que, quel que soit le type de charnière préféré, le résultat final n’en sera que peu influencé. En principe, tout le monde peut com­mander le bon type de charnière – c’est simple et ne nécessite qu’un petit investissement –, mais cela ne veut pas dire que tout le monde est capable de réaliser un montage approprié. La précision, l’expérience, la compréhension et les bons accessoires et outils sont au moins tout aussi importants. 

Merci à Häfele et Van Opstal